ruisseau


ruisseau

ruisseau [ rɥiso ] n. m.
russeal 1120; var. ruissel; lat. pop. °rivuscellus, dimin. de rivus ru
1Petit cours d'eau, affluent d'une rivière, d'un lac, d'un étang. Un clair ruisseau. Murmure, gazouillis d'un ruisseau. Ruisseau capricieux qui serpente. PROV. Les petits ruisseaux font les grandes rivières : l'accumulation d'éléments modestes finit par constituer une chose importante (se dit surtout à propos de sommes d'argent).
2Ruisseau de... : liquide qui coule ( ruisseler) . Des ruisseaux de lave. Par exagér. Des ruisseaux de sang, de larmes. flot, torrent.
3(fin XIV e) Eau qui coule le long des trottoirs ou au milieu de la chaussée d'une rue, pour se jeter dans les égouts; caniveau, rigole pour recevoir cette eau. « Il suffit d'une forte pluie d'orage pour que les ruisseaux de nos rues nous fassent penser au déluge universel » (Alain).
Loc. Tomber, rouler dans le ruisseau, dans le dénuement et la déchéance. « Quand tu n'auras plus rien et qu'ils auront tout, tes enfants te pousseront au ruisseau » (Zola ). Tirer qqn du ruisseau. « sortie du ruisseau où je l'avais ramassée une nuit, devant le bal Ragache » (A. Daudet).

ruisseau nom masculin (latin populaire rivuscellus, du latin classique rivus) Petit cours d'eau peu profond : Des prés traversés par un ruisseau. Lit de ce cours d'eau : Un ruisseau à sec. Littéraire. Liquide coulant en abondance : Un ruisseau de larmes. Caniveau ou, autrefois, rigole établie au milieu de la chaussée, destinés à l'évacuation des eaux de pluie et des eaux ménagères. Littéraire. Situation dégradante de quelqu'un ; origine vile ou méprisable de quelque chose : Tirer quelqu'un du ruisseau.ruisseau (citations) nom masculin (latin populaire rivuscellus, du latin classique rivus) Étienne de La Boétie Sarlat 1530-Germignan, Médoc, 1563 Toujours l'eau va dans l'eau, et toujours est-ce Même ruisseau, et toujours eau diverse. Vers français Stéphane Mallarmé Paris 1842-Valvins, Seine-et-Marne, 1898 […] Un peu profond ruisseau calomnié la mort. Poésies, Hommages et tombeaux. Anniversaire, janvier 1897 ruisseau (synonymes) nom masculin (latin populaire rivuscellus, du latin classique rivus) Petit cours d'eau peu profond
Synonymes :
- ru

ruisseau
n. m.
d1./d Petit cours d'eau.
d2./d Ruisseau de: flot de liquide qui coule. Des ruisseaux de larmes.
d3./d Eau qui coule au milieu d'une rue ou le long des trottoirs; caniveau où elle coule.
|| Fig. Origine misérable, situation avilissante. Tirer qqn du ruisseau.

⇒RUISSEAU, subst. masc.
A. — 1. Cours d'eau d'importance relativement peu considérable par rapport à la rivière. Après avoir circulé dans l'intérieur de la terre, l'eau peut revenir à l'air en formant des sources qui alimentent les ruisseaux et les rivières (BOULE, Conf. géol., 1907, p. 13):
Quant au Chéliff, qui, quarante lieues plus avant dans l'ouest, devient un beau fleuve pacifique et bienfaisant, ici c'est un ruisseau tortueux, encaissé, dont l'hiver fait un torrent, et que les premières ardeurs de l'été épuisent jusqu'à la dernière goutte. Il s'est creusé dans la marne molle un lit boueux qui ressemble à une tranchée...
FROMENTIN, Été Sahara, 1857, p. 40.
SYNT. Étroit, petit ruisseau; large, gros ruisseau; un clair, un frais ruisseau; le cours, le lit d'un ruisseau; l'eau d'un ruisseau; au bord, sur le bord du ruisseau; ruisseau qui coule, qui court, qui serpente.
Loc. proverbiale. Les petits ruisseaux font les grandes rivières. Une accumulation de petites choses peuvent constituer à la longue un ensemble important. Il n'y a rien de futile en ce monde, tout est dans tout, les petits ruisseaux font les grandes rivières, les petites syllabes font des alexandrins, et les montagnes sont faites de grains de sable (MURGER, Scènes vie boh., 1851, p. 130). En partic. ,,Plusieurs petites sommes réunies en font une grande`` (Ac. 1835-1935).
P. méton. Lit d'un ruisseau. Le ruisseau est à sec; élargir, curer un ruisseau; creuser un ruisseau (Ac. 1798-1878).
2. P. anal. Quantité plus ou moins abondante d'un liquide coulant de façon continue. Des ruisseaux de lave; des ruisseaux de larmes, de sang. Goutte à goutte, de la fenêtre mal jointe, filtre un petit ruisseau brunâtre qui s'allonge sur le parquet, s'allonge, s'allonge et serpente jusqu'à moi (COLETTE, Dialog. bêtes, 1905, p. 128).
Loc. adv. (Couler, verser) en ruisseaux, ou plus rarement, à (longs) ruisseaux. En abondance. Synon. à flots, à torrents. Le vin coulait en ruisseaux, mouillait les pieds (FLAUB., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 114). Des vieillards, dont le sang coulait à longs ruisseaux (HUGO, Légende, t. 6, 1883, p. 340).
3. P. anal. ou au fig. Ce qui s'étend, se répand, se déverse à la manière d'un fluide, de façon continue et parfois en abondance.
a) [Dans l'ordre visuel] Du côté de l'est, les arbres, les guérets, les rochers mêmes verdoyaient à travers le ruisseau de lumière qui, jaillissant du soleil penché, coulait directement à même la terre (GIONO, Que ma joie demeure, 1935, p. 161). Délicieux séjour. Ruisseaux de verdure, grappes de collines, cieux sans ombrages (ÉLUARD, Donner, 1939, p. 34).
b) [Dans l'ordre de ce qui n'est pas perceptible visuellement] Ta robe, fourreau mince et tiède de ta chair, Dont le seul souvenir, effleurant ma narine, Fait couler un ruisseau d'amour dans ma poitrine (SAMAIN, Chariot, 1900, p. 96). Il se sentait le cœur riche et plein; cette abondance heureuse se traduisait, comme à l'ordinaire chez lui, par un ruisseau de musique (ROLLAND, J.-Chr., Maison, 1909, p. 1024).
B. — P. anal.
1. [Dans une rue] Eau qui coule sur les côtés ou au milieu de la chaussée avant de se déverser dans les égouts. L'armée des balayeurs balayait. Ils balayaient les trottoirs, les pavés, poussant toutes les ordures au ruisseau (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Avent. paris., 1881, p. 767). J'aime les ruisseaux des rues. Ils coulent sur des pavés et tarissent à une heure fixe, je sais; ils ne naissent pas d'une source. Mais d'un robinet de fonte. Tant pis! On n'a jamais que la poésie qu'on mérite (DUHAMEL, Confess. min., 1920, p. 86).
En compos. Saute-ruisseau.
P. méton.
♦ Partie de la rue où coule cette eau; petit canal à ciel ouvert pratiqué sur les bords ou au milieu d'une chaussée pour permettre l'écoulement des eaux et le nettoyage des rues. Synon. caniveau, rigole. Un ruisseau est composé de pavés appelés jumelles et contre-jumelles (CHABAT t. 2 1876). Les paveurs n'ont pas donné assez de pente au ruisseau. Il n'y a pas une goutte d'eau dans le ruisseau (Ac. 1798-1935).
Ruisseau en biseau. Ruisseau de rue qui n'a ni caniveau ni contre-jumelles. (Ds Lar. 19e-Lar. encyclop.).
♦ La rue elle-même. De ces hommes [qui recherchent la puissance], il en est parmi les pauvres comme parmi les riches et le misérable qui cuve au ruisseau son ivresse est peut-être plein des mêmes rêves que César endormi sous ses courtines de pourpre (BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1080).
2. Au fig.
a) [Concernant des personnes, symbole de situation misérable et dégradante] La misère (...) Pierre alors la connut (...) Cela commença par ces petits êtres qu'il ramassait sur le trottoir (...) Souvent le père avait disparu, la mère se prostituait, l'ivrognerie et la débauche étaient entrées au logis avec le chômage; et c'était la nichée au ruisseau, les plus jeunes crevant de faim et de froid sur le pavé, les autres s'envolant pour le vice et le crime (ZOLA, Rome, 1896, p. 5). Si je suis l'amant d'une femme du dernier acabit, d'une traînée de ruisseau, où est l'unité de style dans les « scènes » que nous pouvons voir ensemble? (MONTHERL., Notes théâtre, 1954, p. 1075).
SYNT. Enfant, fille du ruisseau; être, rouler, tomber au ruisseau; sortir du ruisseau; jeter qqn au ruisseau; tirer qqn du ruisseau; ramasser qqn dans le ruisseau.
b) [Concernant des choses, surtout dans des loc.]
♦ [Comme compl. d'un nom désignant des écrits, des paroles, une œuvre] De ruisseau, du ruisseau. Qui a un caractère de trivialité, de vulgarité; qui semble émaner du bas peuple ou lui être destiné. J'estime que, pour être vraisemblable et simplement possible, une action de ballet doit se détacher de la réalité. D'ailleurs, qu'elle le veuille ou non, elle le fera, sinon elle ne sera plus dansée. Il existe, à l'heure actuelle, une tendance chorégraphique qu'Emile Vuillermoz a fort justement définie comme étant celle d'un réalisme de ruisseau (LIFAR, Traité chorégr., 1952, p. 47).
,,Cette chose est traînée dans le ruisseau, traîne dans le ruisseau (Ac. 1798-1878). Elle est triviale, commune, elle ne mérite pas d'être dite`` (Ac. 1798-1878).
,,Cette nouvelle est ramassée dans le ruisseau. Elle a été prise dans les rues, dans le bas peuple`` (Ac. 1798-1878).
Jeter qqc. au ruisseau. La dégrader, l'avilir ou la rejeter comme une chose méprisable. Je fis le tableau en quatre mots: la Constitution jetée au ruisseau; l'Assemblée menée à coups de crosse en prison... (HUGO, Hist. crime, 1877, p. 147). Victor Hugo triomphant, c'était le laid et le sale qui allait tout envahir et jeter les lettres au ruisseau (ZOLA, Nos aut. dram., 1881, p. 71).
REM. Ru(i)sson, (Russon, Ruisson)subst. masc., région. (Vendée, Charentes). ,,Petit canal alimenté par un chenal (...) dont l'eau se déverse dans les claires ou les salines`` (RÉZ. Ouest 1984). La plupart des marais sont alimentés par des chenaux, dont certains envasés ont été réduits à l'état de russons ou ruissons (P. TARDY, 1972, ibid.).
Prononc. et Orth.: []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Mil. XIIe s. russeals « petit cours d'eau » (Psautier de Cambridge, 64, 10 ds T.-L.); 1640 proverbe les petits ruisseaux font les grandes rivieres (OUDIN Curiositez); 2. a) ca 1155 ruissel « ce qui paraît couler sans fin » (WACE, Brut, 12973 ds T.-L.); b) 1573-75 p. métaph. et fig. un ruisseau de perles (Inv. Ste Chapelle in Mém. Soc. Hist. Paris, XXXV, 246 ds IGLF); 3. fin XIVe s. « eau qui coule le long d'un trottoir » (EUSTACHE DESCHAMPS, III, 305 ds GDF. Compl.); d'où péj. a) 1668 (MOLIÈRE, Femmes Savantes, 520: De proverbes traînés dans les ruisseaux des Halles); b) 1re moit. XVIIIe s. laisser qqn dans le ruisseau (SAINT-SIMON, 320-178 ds LITTRÉ). Du lat. pop. rivuscellus, dimin. de rivus « petit cours d'eau » (v. ru), de même formation que ramuscellus v. rinceau. Fréq. abs. littér.: 2 633. Fréq. rel. littér.: XIXe s.: a) 4 420, b) 4 120; XXe s.: a) 3 654, b) 3 020. Bbg. COHN (G.). Arch. St. n. Spr. 1899, t. 103, n ° 3, p. 240. — FOERSTER (W.). Étymol. Z. rom. Philol. 1881, t. 5, pp. 96-97.FOULET (L.). Fleuve et rivière. Rom. Philol. 1948/49, t. 2, p. 289. — GRÖBER (G.). Etymologien. In:[Mél. Caix (N.), Canello (U.A.)]. Firenze, 1886, pp. 48-49. — GUERLIN DE GUER (Ch.). Mél. et documents... Revue du Nord. 1934, t. 20, pp. 35-36. — PARIS (G.). Romania. 1881, t. 10, p. 444.

ruisseau [ʀɥiso] n. m.
ÉTYM. 1120, russeal; var. ruissel, ruisel, etc. en anc. franç.; lat. vulg. rivuscellus, dimin. de rivus. → Ru.
1 Petit cours d'eau étroit et peu profond affluent d'une rivière, d'un lac, d'un étang (cit. 6). Ru, torrent. || Ruisseau qui coule à travers les prés (→ Arène, cit. 3; bouillon, cit. 2; 2. pêche, cit. 9). || Prairies bordées, ourlées (cit. 3) de ruisseaux (→ Diaprer, cit. 4). || Ruisseaux clairs (cit. 7), transparents (→ Argentin, cit. 1; cristallin, cit. 1; éparpillé, cit. 16). || « Je suis comme les petits ruisseaux; ils sont transparents parce qu'ils sont peu profonds » (cit. 2, Voltaire). || Petit ruisseau. Ruisselet. || Un ruisseau fangeux, sale… (→ Aile, cit. 31; dormir, cit. 31; gluant, cit.). || Murmure (→ Éolien, cit. 2), gazouillis (cit. 2), gargouillement (cit. 2)… d'un ruisseau. || Ruisseau qui murmure (cit. 4), qui caquette (cit. 2), qui babille (→ Indolemment, cit. 2), qui jase (cit. 7). || Fleurs, plantes au bord des ruisseaux. Rivulaire. || Cours, lit (cit. 31) d'un ruisseau (→ Détourner, cit. 1; encaisser, cit. 5). || Ruisseau capricieux qui serpente.
1 Cependant le ruisseau filtre à travers ces débris; il en sort tout rempli d'écume pour former un bassin naturel d'une grande pureté. De là il s'échappe entre les rocs; il roule sur la mousse ses flots précipités; et, beaucoup plus bas, il ralentit son cours, quitte les ombrages, et passe devant les maisons sous un pont de trois planches de sapin.
É. de Senancour, Oberman, V.
1.1 Cette couleur fit immédiatement donner à ce cours d'eau le nom de Creek-Rouge.
Ce n'était qu'un large ruisseau, profond et clair, formé des eaux de la montagne, qui, moitié rio, moitié torrent, ici coulant paisiblement sur le sable, là grondant sur des têtes de roche ou se précipitant en cascade, courait ainsi vers le lac sur une longueur d'un mille et demi et une largeur variable de trente à quarante pieds.
J. Verne, l'Île mystérieuse, t. I, p. 152.
2 Je ne puis m'asseoir près d'un ruisseau sans tomber dans une rêverie profonde, sans revoir mon bonheur (…) Il n'est pas nécessaire que ce soit le ruisseau de chez nous, l'eau de chez nous. L'eau anonyme sait tous mes secrets. Le même souvenir sort de toutes les fontaines.
G. Bachelard, l'Eau et les Rêves, p. 12.
Lit du ruisseau, fossé où il coule. || Ruisseaux à sec, desséchés (cit. 12). Noue. — ☑ (1690). Prov. Les petits ruisseaux font les grandes rivières : plusieurs petites sommes réunies finissent par en constituer une grosse.
Ruisseau de…, liquide qui coule ( Ruisseler). || Ruisseaux de sang dans un abattoir (→ Caniveau, cit. 1). || « Un ruisseau de pourpre erre et fume (cit. 12) dans le val » (Hugo). || La fonte coule comme un ruisseau de feu (→ 1. Gueuse, cit.). || Ruisseaux de lave (cit. 3) ardente.Par exagér. || Des ruisseaux de sang ont coulé en France (→ Légèreté, cit. 5). || Des ruisseaux de larmes. Torrent.
3 La mère, maintenant, comme si cet intermède avait enfin permis aux larmes de trouver leur chemin, pleurait en silence, à gros ruisseaux. Son visage était pareil au champ sec et cent fois retourné qu'elle avait cultivé toute sa vie. L'eau y coulant n'entrait pas, n'apaisait rien.
Aragon, les Cloches de Bâle, II, XII.
Par métaphore, fig. || Sa barbe tombait en deux ruisseaux d'argent (→ Caftan, cit. 2). || Les ruisseaux d'or fauve (cit. 2) de sa chevelure. || Deux maigres ruisseaux de barbe blanche (→ Fuyant, cit. 11).
4 Sa barbe était d'argent comme un ruisseau d'avril.
Hugo, la Légende des siècles, II, VI.
2 (1530). Vieilli. Eau qui coule (cit. 3) le long des trottoirs ou au milieu de la chaussée d'une rue, pour se jeter finalement dans les égouts (cit. 3); caniveau latéral ou rigole médiane destinée à recevoir cette eau (évacuation des eaux de pluie, des eaux ménagères, de l'eau des services de nettoiement). Goulotte, rigole. → 1. Goutte, cit. 5; gouttière, cit. 1; obstruer, cit. 3; population, cit. 7. || L'odeur du ruisseau de Paris (→ Gamin, cit. 3). || Curer le ruisseau.
5 Il suffit d'une forte pluie d'orage pour que les ruisseaux de nos rues nous fassent penser au déluge universel. La forme même des rues, la pente des toits, tout cela témoigne que nous luttons sans cesse contre la puissance de l'eau.
Alain, Propos, 3 oct. 1907, L'écluse.
Loc. mod. « Des proverbes traînés dans les ruisseaux des Halles » (cit. 9, Molière), appartenant au langage vulgaire. || C'est une chose qui traîne dans le ruisseau, triviale.Ramasser une nouvelle, une calomnie dans le ruisseau, parmi les racontars les plus grossiers.Tomber, rouler dans le ruisseau, dans la situation la plus dégradante, dans l'abjection.Tirer qqn du ruisseau. Rue (infra cit. 3).
6 Et quand je l'ai eu bien polie, patinée, taillée en pierre fine, sortie du ruisseau où je l'avais ramassée une nuit, devant le bal Ragache (…)
Alphonse Daudet, Sapho, III.
7 — Écoute, retiens ça (…) Quand tu n'auras plus rien et qu'ils auront tout, tes enfants te pousseront au ruisseau, tu finiras avec une besace, ainsi qu'un va-nu-pieds (…) Et ne t'avise pas alors de frapper chez moi, car je t'ai assez prévenu, tant pis (…)
Zola, la Terre, I, III.
DÉR. Ruisseler. V. Ruisson.
COMP. Saute-ruisseau.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ruisseau — RUISSEAU. s. m. Petit courant d eau. Gros ruisseau. petit ruisseau. clair ruisseau. ruisseau bourbeux. le doux murmure d un ruisseau. sur le bord d un ruisseau: cette fontaine se separe en plusieurs ruisseaux. ce n est pas une riviere, ce n est… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ruisseau — Ruisseau, Riuus. Ruisseau qui coule tousjours, Perennis riuus. Ruisseau qui entoure et enceinct tout un lieu, Euripus, Cercher les ruisseaux et suivre, Consectari riuos. Courir en ruisseau, ou s escouler par ruisseau, Corriuari. Escouler l eauë… …   Thresor de la langue françoyse

  • RUISSEAU — s. m. Courant d eau d une largeur trop peu considérable pour recevoir le nom de rivière. Grand ruisseau. Petit ruisseau. Clair ruisseau. Ruisseau bourbeux. Le murmure d un ruisseau. Sur le bord d un ruisseau. Cette fontaine se sépare en plusieurs …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ruisseau — (rui sô ; au XVIe siècle Bèze dit : On prononce ruisseo [eo faisant diphthongue] ; un e fermé s entend avec o ; ne prononcez pas ruissiau comme les Parisiens ) s. m. 1°   Courant d eau peu considérable. •   On remarquera, dans celui [campement]… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • RUISSEAU — n. m. Cours d’eau d’une largeur trop peu considérable pour recevoir le nom de rivière. Clair ruisseau. Ruisseau bourbeux. Le murmure d’un ruisseau. Sur le bord d’un ruisseau. Le cours d’un ruisseau. Prov. et fig., Les petits ruisseaux font les… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Ruisseau — Le ruisseau est un petit cours d eau, au débit modéré (jusqu à 2 m3/s), alimenté par des sources d eaux naturelles et / ou drainant un bassin versant, souvent affluent d un étang, d un lac ou d une rivi …   Wikipédia en Français

  • ruisseau — nm., nant (fl.) ; torrent : NAN nm. (Aillon V., Abondance, Albanais.001, Albertville, Alby, Annecy.003, Annemasse, Balme Si.020, Beaufort, Bourget Huile, Faverges, Giettaz, Houches, Juvigny, Marthod, Montagny Bozel, Montendry, Morzine, Nâves,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Ruisseau de Saint-Antoine — (ruisseau de Criviscia, ruisseau d Asinau) Caractéristiques Longueur 19,2 km Bassin  ? …   Wikipédia en Français

  • Ruisseau du Mayne — (Mayne, ruisseau de Saint Cyr, ruisseau de Saint Bonnet) Le ruisseau du Mayne en limite d Objat et de Saint Cyr la Roche. Caractéristiques Longueur …   Wikipédia en Français

  • Ruisseau d'Alembre — (Ruisseau Galingard, ruisseau du Moulin) Caractéristiques Longueur 11,1 km Bassin  ? …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.